SchoolHouseFrame* débrouillez-vous !
Belle consigne émise pour la rentrée par M Darkos ministre de l'éducation "low cost". Il est bien le seul a s'y retrouver.
- sur les moyens : communiquer sur les petites dépenses nouvelles ne masque pas les coupes sévères continuellement faites au budget. L'entassement des élèves dans des classes surchargées en est la conséquence.
- sur l'improvisation : les miettes d'heures de soutien de rattrapage "laissées à l'initiative des enseignants" sont un casse-tête d'organisation. Les collectivités locales doivent improviser sur l'improvisation... beau résultat...
- sur les buts même de l'éducation... dernier gadget... tous bilingues avec des stages hors-temps scolaire (voir dessus)... en anglais. Démonstration de l'étroitesse de vue quand-à l'ouverture au monde... Il ne se limite pas à l'anglosphère, Mister Darkos. 
A moins que le niveau requis ne soit pas le bilinguisme... mais la capacité de comprendre les ordres de clients émis dans ce qu'on appelle l'anglais international, sorte de pidgin du monde des affaires. D'ailleurs, ne serait-ce pas là l'axe directeur du chantier de démolition en cours : une école formant des exécutants malléables... et mordant sur le hors temps scolaire pour éviter que les ados ne brûlent les voitures. Réservant pour les familles "happy few", confortés dans leur bastion dirigeant, de quoi former les 5-10% de cadres suffisants pour diriger le pays. Ceux là sont soit déjà bilingues, soit peuvent se payer des interprêtes.
Ce n'est plus l'école de la république qui se dessine, mais une "l'école publique" dont on prononce les mots avec un rictus de mépris. Mister Darkos met en place une école pauvre pour les pauvres.