Plus de 50% des enseignants des écoles primaires de Méry ont annoncé qu'ils faisaient grève. La municipalité a donc mis en place l'accueil désormais obligatoire en appliquant la loi "brise-grève" du gouvernement. Contrairement aux déclarations gouvernementales, elles se retrouvent à débourser bien plus que les maigres indemnisations prévues dans le texte. Ainsi, encore une fois les collectivités locales se retrouvent à palier les carences de l'Etat.
Maintenant revenons au fait du jour, pourquoi cette énorme mobilisation ?... Parce que les enseignants constatent que ces modifications ne vont que dans un seul sens, la détérioration de la qualité du service public d'éducation.

greve_vidberg2
merci Martin Vidberg