bellekippaRéaction viscérale, tant pis si je concours au ramdam, mais la phrase de l'héritière le Pen sur les Kippas me fait réagir. D'abord parce que c'est le meilleur couvre-chef que je connaisse... pour masquer ma calvitie. D'autre part, et plus sérieusement, parce que l'on retrouve toute la finesse grasse, fleurant bon le raciste muselé, que distille le FN depuis toujours. Racisme musélé car l'histoire a triomphé de ce mal... sans pour autant le dissiper totalement dans les esprits qui se repaisssent de cette haine, pour eux vitale. Alors ils développent une stratégie de roquet battu mais teigneux. Ils jouent avec le sens, ils flirtent avec la ligne brune... en disant, si on les voit la franchir, que c'est une formidable erreur de perspective...

Là, l'alibi est la laïcité, tu parles... laîc ces gens là ? Non, religieux ? Non plus, brutaux, certes oui. La laîcité est un savant mélange de tolérance réciproque. S'afficher comme juif avec sa kippa, comme musulman avec son bonnet,  blanc, comme punk avec sa crête ou catholique intégriste avec une croix king size, tout ces gens là ne méritent... que notre indifférence... pourvu que l'espace public soit tolérant et surtout que cette tolérance soit réciproque.

Ne leur laissons pas s'approprier cette valeur car ils la flétriront.

On voit bien la manoeuvre, en reprenant, pas à pas, les traces de son père, la fillette fait appel au ban et à l'arrière ban du vivier fangeux de voix qui pourraient échapper à cette petite entreprise familiale qu'est le FN menacée sur ce marché par une droite, elle aussi, aux abois.

Pour l'instant, cette provoc' ne mérite... que notre dérision... on peut se lâcher sur twitter #pasdekippapasdeburka