Annoncer le retour de la morale dans l'enseignement est un parcours obligé pour tout ministre de l'éducation qui veut donner une belle image en patûre au public. Si l'on regarde la longue lignèe des personnes qui se sont succédées à ce poste, Vincent Peillon aurait donc cédé à la facilité. Pas sûr, car tel n'est pas tout à fait l'objet de cette sortie.

images

En regardant bien, les déclaration de Vincent Peillon n'ont rien à voir avec la litanie des "valeurs oubliées", les "il faut recadrer la jeunesse", voire le fameux "un bon coup de pied au cul, voilà ce qu'il leur faut". Le cortège de vertus prônées est certes un peu couleur sépia,  mais elles restent clairement dans le cadre républicain du "liberté-égalité-fraternité". On voit bien le discours généraliste qui ne veut pas heuter certains ; la découillisation n'est pas évoquée, ni le principe de mettre la non violence au pinacle de l'éducation. Tout juste peut on noter l'insistance sur la solidarité face au discours néolibéral de compétition à tout prix. M Peillion est quand même socialiste, il arrive que cela se voit. Mais même s'arréter là serait rater l'objectif principal, la raison majeure, le début d'une réponse à un bruit de fond, à la montée en puissance des délires conservateurs de tous poils, une sainte alliance de crânes ras, de tonsurés et de barbus. 

ab19040813-1L'année qui vient va voir l'épiscopat rouler des mécaniques en s'opposant ad libitum au mariage pour tous. Il se peut qu 'il veuille pousser les catholiques à s'ériger contre jusqu'à la désobeissance civile. Un nouvel épisode du divorce mal digéré entre l'Eglise et l'Etat est en gestation. Il se profile une joute qui va faire couler beaucoup d'encre, et permettre à la droite de se ressaisir et de se rassembler, comme elle l'a fait en 1982-1983 pour soutenir l'école confessionnelle.

C'est dans ce contexte là qu'il faut comprendre l'explication de texte sur la morale. Le redressement moral, expression que l'on retrouve à toutes les époques et dans bien des bouches. La droite l'a retrouvé à Vichy, trop facilement pour être honnête, puisque cela fait partie de son patrimoine génétique, on peut la revoir en 1919, toujours chez une droite paniquée par la révolution bolchévique, puis, si, l'on remonte encore un peu, après le désastre de Sedan, vers 1870-1880, chez presque tout le monde, des Versaillais aux Républicains ... les fédérés ayant un autre idéal de redressement.

assiette au beurre

Il va falloir tenir le cap, montrer qu'une autre vie est possible entre la morphine religieuse et la cocaïne financière.Pour moi, le redressement de la France passe par un réarmement moral dont la pierre d'angle seraient vergogne, tolérance et partage, des vertus gratuites où tout le monde trouve satisfaction. Je suis sûr que d'autres viendront renforcer l'arsenal. Quand on parle de valeurs, il faut bien faire le bilan clair de celles en qui l'on se reconnait. Hardi petit.... car l'éducation n'est pas la seule à devoir prendre en charge leur défense.