Moins d'un billet par mois pour cette année, un état de quasi coma citoyen ? Un laisser-aller populiste suspect ? Un ras-le-bol ? Rien de tout ça. Il y a eu, en effet une mise en veilleuse du blog, due au constat du faible effet de ma parole une fois passé du coté du manche, et à la distance prise avec les affaires mérysiennes. Pourtant là, il y aurait de quoi commenter encore et encore, jipépé, comme prévu veut tout saborder, mais la droite, de son coté, n'est pas en reste, divisée comme il ne faudrait pas qu'elle le soit, même pas foutue de profiter pleinement de l'aubaine. L'élection municipale y sera "sportive".  Je souhaite que tous les partis de gauche, hormis le crépusculaire résidu chevénementiste, puisse ne pas trop pâtir de la fatwa d'un Jipépé qui ne sait même pas présenter des comptes de campagne corrects.

.panneaudroit1

Ce qui m'a le plus retenu de gloser, de manière générale, c'est ma volonté de ne pas rajouter de l'huile sur un brasier infernal entretenu par les critiques venues de partout. L'action d'une équipe gouvernementale que j'ai, par mon soutien, par mes voeux et par les posts publiés ici, souhaité la venue au pouvoir, me semble bien peu effective . La seule grande réussite que je peut mettre en avant c'est d'avoir presque réussi à contredire Giuseppe Tomasi di Lampedusa. Nos ministres appliquent le principe suivant : il faut quelques petits changements millimétriques... afin que quasiment rien ne change. Les militants socialistes allemands qui viennent d'accepter le programme négocié avec Mme Märkel sont surement plus sûrs de l'influence de leur choix et de la détermination de leurs responsables que nous le sommes à l'intérieur du PS.

Qu'attend-on ? non, qu'attendent-ils, l'éclaircie conjoncturelle... et la pagaille à droite. Il se peut que ça marche, mais une victoire à la Pyrrhus est de triste augûre.