ouvrbibliJ'ai assisté, comme une quarantaine des personnes venues de l'intercommunalité et du bassin de Cergy, à une conférence interessante lundi soir à Auvers, à l'invitation de J.P Becquet. Patrick Weil, président de BSF, Bibliothèque sans frontières, est venu nous exposer les buts de la pétition « Ouvrons + les bibliothèques ».

Selon le site de la pétition, "l'enjeu est de favoriser l’ouverture des bibliothèques en soirée, le weekend et pendant les vacances ; promouvoir la coordination locale afin d’offrir une continuité de services; associer les professionnels à la définition des modalités d’extension des horaires et respecter le métier de bibliothécaire; accorder des moyens suffisants et favoriser la réorganisation interne ; promouvoir l’ancrage des bibliothèques au cœur de la vie publique." Ce que j'ai entendu était beaucoup moins sec, illustré par des exemples vivants, l'attention, ainsi que l'interêt du public, fut vif. Parmi l'assitance, un beau nombre de professionnels du livre permit d'avoir des échanges fructueux de part et d'autre. A retenir en particulier, l'organisation en réseau des bibliothèques dans le Val d'OIse, expérience qui nous met dans les départements les plus avancés sur ce point.

 P Weil a mis l'accent sur le développement de la lecture en situation d'urgence. Un réfugié restant en moyenne 17 années dans un camp transitoire, l'accès à la culture est loin d'être un luxe. Concrétement ça se réalise à Haïti par des kit bibliothèques, que ce soient les petites "boîtes à histoire" ou des ensembles plus grands, une médiathèque tenant sur deux palettes, projet réalisé par Philippe Starck. Il a oublié de parler d'une autre catastrophe, oubli qu'il a regretté à la fin et dont il s'excuse auprès de tous... En Grande Bretagne, les bibliothèques publiques ont été sacrifiées dans les choix budgétaires dès l'installation du gouvernement conservateur dirigé par M Cameron. Le nombre de fermeture dépasse le millier. Et comment justifier un tel désastre culturel ? Par la baisse de fréquentation ... que l'on constate aussi de ce côté là de la Manche. Alors, pour tous les apprenants, qui ont besoin d'un lieu de référence et de travail individuel ou collectif, pour tous les actifs qui sont absorbés par leur horaire de travail, pour les familles qui peuvent se réunir autour de l'écrit et pour le lieu de vie que doivent être ces établissements, il est indispensable que les bibiothèques s'ouvrent plus longtemps et tous les jours. Je vous invite à signer la pétition... et à en parler autour de vous.