La Hongrie, d'habitude, on en parle pas. Petit pays de l'Europe,, moins de 10 millions d'habitants.... avec une population qui ne fait que baisser depuis 1980, tiens, un indice de malaise. Oui la Hongrie tourne mal et l'on a de quoi apprendre de l'alchimie qui donne ce vinaigre.

Sopron-Hongrie-le-27-juin-1989L'image furtive de 1989 a vite été dépassée par l'ampleur de la vague qui a abouti à l'effondrement des régimes soviétiques de l'Est de l'Europe.

hongrie-allemagne_389Premiers à ouvrir leur frontière au printemps 1989, les Hongrois ont engendré une hémorragie de fugitifs quittant la RDA faisant s'écrouler le régime à l'automne. L'action d'un petit pays pouvait, par effet de levier, par contagion, par sa situation pivot, provoquer un bouleversement qui change la face du monde... et de l'Europe plus précisément.

La Hongrie alors, comme les autres ex-membres du Pacte de Varsovie, sont entrés dans une phase de conversion au prix de régressions, de crises et de métamorphoses. Le pays avait un petit avantage, une économie juste un peu plus souple qu'ailleurs dans les pays satellites. Sécoués profondément par cette mutation, avec une élite politique fragile, les hongrois ont de plus en plus écouté les sirènes nationalistes qui appuient sur le théme de la nation bafouée, punie injustement, selon eux en 1919, qu'il faut protéger et redresser. Et c'est dans cette atmosphére que Viktor Orban est parvenue au pouvoir en 2010.

journaliste-hongroise-petra-laszlo

Le raccourcis est saisissant. Hier... déjà hier, les barbelés étaient abolis, aujourd'hui c'est la fête chez leurs fabricants. Les murs se construisent en Hongrie, frontière par frontière. Il y a quelques semaines c'était face à la Serbie, là les piquets sont plantés du côté croate, et à l'Est l'armée veille devant le Roumanie. Et si ce n'était qu'une question de murs, non, c'est un climat de détestation que laisse courir ce gouvernement, rumeurs de débordement, d'invasion... d'épidémie savamment diffusées. L'image de la journaliste s'en prenant aux réfugiés n'est pas une incongrüité dans ce contexte. Tout ça pour générer un sentiment de forteresse assiégée où les Hongrois doivent se rassembler autour de leur gouvernement.... J'aime pas, surtout que ce scénariopourrait n'être qu'une perspective avec nos "propres?" fascistes customisés de marinisme.