Braves lecteurs, je vous fait part de notre démission du conseil municipal. Les élus PS ne peuvent plus soutenir la politique menée par le maire. Comme il n'existe pas de zone intermédiaire entre la majorité et  l'opposition, nous préférons rendre notre tablier pour nous dissocier d'une pratique personnelle erratique ne correspondant en rien au mandat que les mérysiens ont donné et donnent encore à notre parti.

vous trouverez en dessous la lettre de démission que j'envoie ce jour.

Nous avons très souvent été les porte parole, au sein de la majorité municipale, de ceux qui constataient les dysfonctionnements engendrés par la gouvernance du maire. Je leur souhaite beaucoup de courage pour l'année et demi qui reste.


 

Valmondois le 4 octobre 2012

   

Monsieur le maire, cher Jean Pierre

Monsieur le maire, je vous informe par la présente de ma démission du conseil municipal

Cher Jean Pierre, je ne t’octroie qu’un sourire à cette nouvelle, l’affectif et les émotions ne sont pas de bon conseil en politique.

Monsieur le Maire,   l’impossibilité de remédier au dysfonctionnement  de la gouvernance de la municipalité motive cet acte grave. Les membres du PS n’ont cessé de vous avertir à ce propos sans qu’il y ait le moindre changement. Les commissions ne sont en aucun cas des lieux d’élaboration des décisions, vous leur donnez tout juste le rôle de répétition générale d’un conseil municipal croupion.

Cher Jean Pierre, tu mènes ta barque depuis toujours, tu n’écoutes pas les propos avisés que des amis peuvent te tenir. Cela conduit à te tirer une balle dans le pied, à mettre les finances de Méry en danger et à faire perdre la gauche à laquelle tu es sensé appartenir.

Monsieur le Maire, je suis entré dans votre équipe pour porter un programme et sur des points qui, pour vous, n’étaient que la façade  vous permettant de continuer votre chemin pour un troisième mandat. Vous avez tôt fait de le jeter aux orties. La fiscalité, parce que vous connaissiez l’état réel des finances que vous avez masqué aux « bleus » de l’équipe dont je faisait partie, l’intercommunalité que vous portiez aux nues en mars 2008 et que vous n’avez cessé de vilipender dès l’automne avec une nervosité presque maladive, peu conforme à ce qu’on attend d’élus responsables dans ce genre d’institution, enfin je ne vous rappelle pas vos déclaration sur la démocratie locale. Vous les retrouverez surement, congelées dans un coin, pour une prochaine campagne.

Cher Jean Pierre, j’ai appris pas mal de choses en te côtoyant, que le maire est un patron, mais pas un autocrate, que ce pouvoir nécessite une certaine expertise, encore faut il choisir ses conseillers et surtout pas leur donner la direction vers laquelle leurs conclusions doivent aboutir. Je garde enfin les artifices classiques de celui qui est assis sur son trône, ton soi disant professionnalisme qui te permet de qualifier le moindre opposant d’amateur, de naïf et d’irresponsable alors qu’il n’a pas tout à fait l’information que vous retenez soigneusement. Tu es un parfait contre-modèle.

Monsieur le Maire je vous garde tout le respect que vous méritez

Sincèrement

Hugues VESSEMONT